GABRIELLE HALPERN

Ouverture du Forum Changer d’Ère au centre d’innovation Matrice, Paris, le 12/12/2023.

L’avenir comme promesse

par Véronique ANGER-de FRIBERG
fondatrice et présidente du Forum Changer d’Ère

Bonjour et merci d'être à nos côtés (ou de nous suivre en direct sur internet) pour marquer ces 10 années de prospective sociétale avec Forum Changer d’Ère.

Permettez-moi tout d’abord de remercier François-Xavier Petit, le directeur général du centre d’innovation Matrice, qui nous ouvre à nouveau les portes de l’Atelier Barillet. Un lieu classé « Monument historique », mais bien dans son époque : à la fois incubateur, laboratoire de recherche, d’innovation technologique et sociale, résidence d’artistes… toujours en quête de nouveaux champs à explorer ! Quel meilleur endroit que Matrice en effet, pour imaginer des scénarios du futur ? Pour « Voir loin, voir large, analyser en profondeur, prendre des risques, penser à l’Homme » pour citer les mots de Gaston Berger, chef d’entreprise, philosophe et inventeur de la prospective (1896-1960).

Depuis 2013, Forum Changer d’Ère alerte sur la nécessité d'un « changement de paradigme » mental et institutionnel afin de construire un nouveau récit qui rassemble et redonne du sens à l’humain -et le sens du commun et de la chose publique- dans la société et les entreprises. Or nous n’avons pas toujours pas changé de paradigme. En effet, nos systèmes de pensée trop rigides font de nous des prisonniers du vieux monde au moment où l’accélération des savoirs, des sciences, des ruptures économiques, environnementales et sociétales… impliquent d’imaginer de nouvelles convergences, de nouvelles perspectives.

Alors que la révolution digitale et anthropologique a elle-même été accélérée par la crise Covid, avec des conséquences économiques, sociologiques et existentielles que personne n’avait anticipées, nous avons du mal à nous adapter à cette métamorphose de la société, des organisations, des pratiques, des comportements et à la nécessité de repenser nos relations aux autres vivants.

Cette accélération prodigieuse des transformations est amplifiée par les milliards injectés par les États, notamment les Etats-Unis et la Chine, dans les secteurs de pointe (biotech, IA générative, cybersécurité, énergies…). Mais aussi par les « entreprises-États » alors qu’on observe un retour en force des GAFAM, ces Titans du numérique qui se livrent une bataille sans pitié pour dominer le monde. Que dis-je ? Le monde ne suffit pas… Leur appétit est aussi insatiable que l’infini potentiel de l’IA et des datas qui s’insinuent dans tous les pans de nos vies, promettant de placer tous les utilisateurs du numérique -sur terre et dans l’espace- sous leurs fourches caudines. Comment résisterons-nous à une telle déferlante de moyens visant à capter nos données et nos « temps de cerveau disponible » ? Il faudra plus que l’« AI Act » adopté par le Parlement européen, les Etats-Unis et la Chine, pour réguler une Intelligence Artificielle aux capacités exponentielles incontrôlables pour protéger les Droits humains.

Dans cette époque incertaine -et d’autant plus anxiogène que tous les risques sont amplifiés par les RS, « L’avenir comme promesse » ne résonne plus comme une évidence pour bon nombre d’entre nous : on croyait la paix éternelle en Europe et la guerre est à nos portes. On pensait que la science résoudrait tous nos problèmes et elle produit sa part de nuisance, en particulier la pollution (de l’eau, de l’air, des sols) qui pose une question sociétale et de santé publique majeure. Un fléau mondial que l’on pourrait pourtant -si on le voulait vraiment- endiguer.

Dans le contexte de la montée des inégalités, de l’urgence écologique, des vérités alternatives, des menaces terroristes et des guerres, peut-on encore espérer construire un monde meilleur pour et avec les nouvelles générations ? Si notre rapport au temps se limite à essayer de résoudre l'un après l'autre les problèmes du présent, si les relations humaines dans l’entreprise et la société de plus en plus numérisées nous déshumanisent, si notre esprit pionnier et d'audace sont bridés par la peur de l'avenir, comment décider d’une route pour mobiliser autour d'une vision positive du futur ? Comment intégrer le temps long dans notre réflexion sur la société quand notre capacité à nous projeter collectivement dans le futur semble en panne ?

Fort heureusement l’avenir n’est pas écrit ! Et si on s'entend sur l'idée que l’espérance est un acte d’engagement : « La plus haute forme de l’espérance est le désespoir surmonté » pour citer Bernanos, la moindre des politesses vis-à-vis des générations futures n’est-elle pas de leur transmettre des fondations solides pour leur permettre d’inventer leur propre monde ? Quand bien même nos visions seraient divergentes.

Et parce qu’elles sont les premières impactées par les grands bouleversements à venir, Forum Changer d’Ère associe cette année les nouvelles générations à sa réflexion. Ce matin, avec Confkids, nous évoquerons les grands enjeux du XXI° siècle avec les ados, répondrons à leurs interrogations, écouterons leurs propositions, essaierons de mieux comprendre leurs représentations du monde et leur rapport au temps. C’est notre façon de lutter contre ce fossé générationnel qui n’a aucun sens (« boomers » v NetGen - GenY v/ Millenials -… ça ne s’arrête jamais !)

Pour toutes ces raisons, notre objectif est de faire se rencontrer ceux qui pensent et inventent demain et osent se projeter à 30 ans. J’entends souvent dire qu’il est difficile de se projeter à 2 ans, alors à 30 ans vous n‘y pensez pas ! À cette objection, je réponds que sans vision on va dans le mur ! Une lapalissade… sans mauvais jeu de mots. Plus que jamais au contraire, il est essentiel de prendre de la hauteur, croiser les regards et les mondes (académique, politique, économique). Vital de continuer à porter loin notre regard multidisciplinaire et prospectif. Parce qu’il nous faut penser l'avenir comme une promesse : l’espérance qu’il porte en lui les germes d’un monde meilleur.

C’est vrai et j’en conviens : l’avenir n’est plus ce qu’il était...  Le futur est déjà là ! Le futur a changé d’ère… (c’est d’ailleurs la baseline du FCE). En effet, le monde tel que nous l’avons connu -et tel que nous l’imaginions dans le futur- s’est fait rattraper par le présent. Comprendre le présent dans ce monde en accélération permanente c’est déjà de la prospective ! Et la prospective est tout sauf un art divinatoire : c’est le moyen d’anticiper et de préparer l’avenir.

Depuis 2013, dans le cadre du Forum Changer d’Ère et de nos émissions de webTV, nous avons traité des 100aines de thématiques et croisé les regards de plus de 400 grands témoins issus de toutes les disciplines et générations. Nous avons recueilli et mis à la disposition du public un matériau expert qui lui permet de capitaliser sur nos contenus pour aider à transformer les réflexions stratégiques en actions concrètes.

À l’attention de ceux qui nous rejoignent cette année, je rappelle que j’ai créé FORUM CHANGER D’ÈRE en 2013 à la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette à Paris avec le soutien amical du scientifique Joël de Rosnay, et en référence au Groupe de Dix et au livre de son fondateur Jacques Robin (décédé en 2007) : Changer d’Ère pa